Au risque de paraitre un peu lourd, pour ceux qui n’ont pas trouvé le crayon de couleur verte, je voudrais revenir sur la nature des risques ou les conséquences des événements du Mali.

Ou plutôt, laisser le directeur de la DGSE, Erard Corbin de Mangoux, le faire ce jour à l’occasion du 30eme anniversaire de ce service sous sa forme actuelle et devant plus de 1400 personnels réunis dans la cour principale du siège de la DGSE:

« Un temps figé, le monde retrouve ses aspérités, ses crises politiques, voire ses guerres ouvertes. Mais l’essentiel des crises se concentre désormais dans un arc s’étendant du golfe de Guinée à la chaîne de l’Himalaya. »

 

Après un moment émouvant :

« En cet instant solennel, je voudrais évoquer la mémoire de tous nos collègues qui ont perdu la vie en mission, alors qu’ils veillaient à la sécurité de notre pays. D’autres ont été tués à l’entrainement. D’autres enfin ont été arrêtés et longuement emprisonnés, parfois dans de très difficiles conditions. C’est vers eux que vont mes pensées en ce jour particulier, et pour eux que nous nous réunissons. Enfin, je voudrais tant que notre collègue Denis Allex, retenu en Somalie, nous entende, qu’il sache que nous ne cessons de penser à lui et que nous l’attendons avec impatience.

 

Mes chers collègues, par choix et par dessein, les Français ne connaîtront jamais les détails de votre courage, ni les détails de votre travail dans l’ombre. Vous servez la France avec un patriotisme silencieux, vous ne recherchez ni les projecteurs, ni les louanges. Et c’est ce qui fait votre honneur. »

Il a reconnu, assez finement, que la France, comme d’autres, devait avoir la politique de ses moyens faute d’avoir les moyens de sa politique et que même si le budget de ce service est en croissance constante et exceptionnelle, on a dû abandonner toute velléité de renseignement sur une très grande partie du monde allant de L’Asie à l’Amérique du sud. D’autre part, le renseignement et les opérations clandestines, trouvent aussi leurs limites et les résultats ne sont pas garantis.

« Dans ce cadre, la DGSE jouit du monopole des capacités clandestines de recherche du renseignement à l’étranger. Service spécial, service de renseignement intégré, la DGSE dispose d’un large éventail de capteurs, humains, techniques et opérationnels. Elle dispose également d’une capacité d’entrave.

 

Les services de renseignement ne sont pas infaillibles.

 

Il faut cependant admettre que notre modèle économique, bousculé par la crise et par la nécessité de maîtriser nos dépenses publiques sur le long terme, nous incite à l’exemplarité et nous contraindra à des choix. »

http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/

Que d’y passe t’il et pourquoi ?

Certains se rappellent certainement les difficultés rencontrées par le « Paris Dakar » sur ses dernières années Africaines pour passer par ce pays où la bande « sécurisée » se rétrécissait d’année en année en nous poussant inexorablement vers la mer et encore à quel prix !

Le problème n’est donc pas nouveau et il serait malhonnête de jouer la vierge effarouchée ou la surprise. Cependant, force est de reconnaître que l’intervention Franco-Onusienne en Lybie a fortement contribué à accélérer les choses. En effet, après que Kadhafi est été livré aux rebelles Libyens et n’en meurt « bêtement », des centaines de Touaregs, fortement armés par ce même Kadhafi qu’ils étaient venus soutenir, ou en se servant tout simplement dans les armureries à ciel ouvert, sont rentrés chez eux dans le nord du Mali. Même si certains se sont laisser tenter par l’offre du président Amadou Touami Touré, la plupart est restée rebelle au sein du MLNA, prétendument laïc, mais soutenu par la milice salafiste Ansar Dine, dissidente d’Aqmi.

Ce scénario n’est bien entendu pas une surprise pour nos services de renseignements ni les quelques analystes qui avaient évoqué cette hypothèse quand il était encore temps de ne pas détruire le précaire équilibre de la région tenu par le campeur de l’Elysée. Les habitués, qui ont un peu vécu en dehors des ministères et des ors de la république, savent à quel point les alliances en Afrique vont et viennent au rythme des intérêts du moment.

Là, le problème a pris une tout autre ampleur puisque le MNLA et ses alliés islamistes ont pris Kidal, Gao et Tombouctou, soit tout le nord du pays et plus de la moitié du territoire!

Quant ‘à l’état Malien, le coup d’état militaire l’a pour le moins déstabilisé.

Mais la problématique ne s’arrête pas là. En Lybie c’est aussi fest noz dans la région de Sebha et de Koufra, et d’ailleurs dans pratiquement tout le pays qui est littéralement en train d’exploser, sous les coups des milices armées jusqu’aux dents revendiquant l’autodétermination et l’indépendance.

Le Tchad voisin ne devrait pas rester longtemps intact aux conflits entre Toubous et Zaghawa

Retour à la carte :

source l’express :

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/mali-qui-sont-les-rebelles-touareg_1100288.html

Que peut t’il se passer:

Après l’avoir longuement démenti les USA reconnaissent du bout des lèvres disposer d’une base des forces spéciales dans le sud de l’Algérie, qui doit-elle même s’interroger sur ses propres risques de contagion. Pour rappel, le Niger voisin est notre source principale d’approvisionnement de l’uranium de nos centrales. Vous savez, celles qui interdissent à la France tout développement dans les énergies renouvelables.

Sans une intervention militaire étrangère, occidentale ou Africaine mais fortement « soutenue » par les occidentaux, le Mali sera, officiellement, cette fois ci Islamique, soit tout le nord du fleuve Niger !

En attendant on a tout intérêt à soutenir le président Tchadien Déby, quitte à y remettre un pied, après « Manta » et autres promenades désertiques. Pour le Mali lui même, je ne crains qu’il ne soit trop tard et qu’il ne reste qu’à entériner la situation séparatiste en essayant de rassembler les anti Aqmi autour de nous car une intervention pourrait une fois de plus avoir un effet inverse et les pousser directement chez ce même Aqmi.

Quoi qu’il en soit, la situation est et restera instable avec le temps long qui joue contre nous ou comme le dit le DGSE « Un temps figé, le monde retrouve ses aspérités, ses crises politiques, voire ses guerres ouvertes »

 

Thierry

Tenancier du café du commerce du Jour D’Avant.

www.lejourdavant.org

La lettre du café du commerce du Jour D’Avant est une lettre électronique publiée gratuitement à un rythme variant selon l’humeur du rédacteur et des événements. Elle ne peut en aucun cas être assimilée à des conseils d’achat ou de vente de valeurs mobilières restant sous la seule responsabilité du lecteur. Les opinions ou commentaires formulés, ne constituent en aucun cas des recommandations personnalisées en vue de réalisation de transactions, pas plus que des opinions politiques.

 

On ne va pas s’ennuyer !

Venez rejoindre les Contournants Agiles 4.0

Abonnez vous à notre Newsletter

Je m'abonne à la Newsletter ZenList
Je m'abonne à la Newsletter ZenCrise