La crise, qu’elle a générée, offre une superbe opportunité à la chine d’accélérer le déroulement de sa stratégie hégémonique en s’offrant l’Europe.

Fidèle aux enseignements de Sun Tzu consistant à vaincre sans livrer combat et à la stratégie d’encerclement du jeu de go, présentée par Thierry, ils nous encerclent savamment en dévorant les plus fiables du sud et en pactisant avec le(s) plus fort(s).

Après s’être offert le port du Pirée et tout un tas d’autres biens grecs à grande échelle, elle vient de réussir un coup de maitre par le biais de CTG, détenu par l’état, qui a pris pour 2,7 milliards d’euros, les participations de l’état Portugais, dans EDP, l’ancien monopole de l ‘énergie (leur EDF) et ce au nez et à la barbe d’EON, l’Allemand et du Brésilien Electrobras ! Le total des emplettes portugaises est estimé à ce jour à plus de 8 milliards et elle se dit prête à racheter plusieurs milliards de dette Portugaise. (1)

Reprenons un peu quelques pages d’histoire.

La vanité, la rancœur, l’arrogance et l’incompétence des états major, l’avidité des industriels et l’inconscience des politiques, ont mis le continent Européen à feu et à sang lors de la première guerre dite mondiale.

Au début du conflit, les états unis  s’accrochent fermement à leur neutralité (1914-1916) et ne se positionnent qu’en fournisseurs attitrés et intéressés des pays de l’entente. Les relations commerciales, notamment avec l’Angleterre augmentent considérablement  à leur plus grand profit. Ils sont cependant contraints d’entrer en guerre pour défendre la liberté du commerce maritime, mais surtout, sauvegarder la démocratie.

Mais comme l’écrit André KASPI, ils y trouveront rapidement un nouvel intérêt commercial puisque le problème du chômage se résout tout seul et que la paix social en découle : «  du travail pour tous, même pour les noirs du sud qui découvrent le chemin des usines du nord-est. Les revenus des travailleurs augmentent de 25%. Pour les fermiers c’est l’âge d’or malgré la taxation du blé ». Les profits sur : le blé, l’acier, l’essence, le sucre, les navires etc… sont au sommet ainsi que les réserves financières des USA.

A la fin de la guerre le résultat est catastrophique pour l’Europe avec 13 millions de morts, avant que la grippe espagnole n’aggrave la chose, mais tout autre pour les USA que le développement de leur industrie et de leur économie mettent à l’abri de toute concurrence mondiale.

La guerre a couté 44 MDS à la GB, la France a engloutie 30% se sa richesse nationale, 22%pour l’Allemagne, 26 pour l’Italie…

Le seul et unique grand vainqueur de cette boucherie, fut l’Amérique qui n’a pas traversé l’océan pour venir au secours de l’Europe, comme cette dernière le croit naïvement, mais pour se sauver elle même, et prendre le leadership mondialen soumettant économiquement et politiquement l’Europe pour un bout de temps dans ce que Wilson batisera « New democraty », dirigée par les USA, bien entendu.

Comme d’habitude, les occidentaux lui ont faciliter la vie en les appelant lors du G20 de Cannes à aider l’Europe par le biais d’un abondement de quelques milliards au fond de stabilité Européen. En bons investisseurs et surtout en fins stratèges, ils le font, mais à leur manière, en achetant du tangible et du stratégique, dont l’Europe a elle même imposé la vente pour raison de désendettement, plutôt que de la monnaie de singe dont leurs coffres sont déjà remplis avec les bons du trésor US et Européens. Et ce n’est probablement qu’un début !

Ce nouveau coup de mains, après les deux erreurs stratégiques des USA qui n’avaient pas compris que la guerre, économique avait commencé, dépasse certainement toutes leurs attentes et accélère leur timing. Erreurs constituées, d’une part, par la dé corrélation du dollar de l’or et l’abandon des accords de parité par Nixon lors du « Bretton-Woods » en 73 et d’autre part, par l’autorisation de Clinton en 99 de laisser rentrer le loup dans la bergerie ou du moins, la Chine dans l’OMC en 2001, qui sont à l’origine de la curée et de la crise économique actuelle.

Dans le même temps, elle pactise avec l’Allemagne qui elle a bien compris la règle du jeu. Ainsi se construit une méga ligne de chemin de fer entre la Chine et l’Allemagne qui apportera un train de 3 000  tonnes de produits finis toutes les 10 minutes ! Cela ne va pas contribuer à ré équilibrer les balances commerciales Européennes ! C’est le même principe que l’aménagement de la zone industrielle de Châteauroux dont la piste de l’aéroport permet l’arrivée de gros porteurs et qui accueillera des usines… Chinoises, au personnelessentiellement…Chinois. Outre un assemblage labélisé« France », du transfert de technos, et d’une superbe occasion d’organiser un turn over de main d’œuvre qui restera probablement en France, c’est la suite de la désindustrialisation de l’occident, arme économique fatale.

Si l’on y associe les moyens géopolitiques, diplomatiques, militaires et idéologiques qui permettent la prise de contrôle (de la moitié) des terres rares, des matières premières, des terres agricoles, des sociétés occidentales stratégiques…on commence à cerner la réalisation de cette volonté hégémonique qui lui est de plus en plus difficile à dissimuler.

Tout cela pour un objectif, bien simple, remplacer les USA, à la tête du monde, et leur monnaie par le Yuan.

Les chinois ont donc mis en œuvre une stratégie de guerre économique reposant sur 3 piliers destinés à assécher les occidentaux représentés à leurs yeux par les USA et à moindre mesures leurs alliés Européens :

Une sous évaluation honteuse du Yuan, honteuse, mais qu’ils ont réussi, par de savantes pressions, à imposer.

Un pillage des technologies par copie ou partenariat habiles.

Une main d’œuvre nombreuse, maintenue docile au cout imbattable.

Choix d’un combat économique et financier que leur imposait leur sous équipement militaire et leur culture, amis aussi la leçon qu’il avaient tiré de la défaite de l’URSS qui s’était essayée à l’affrontement militaire direct avec les USA en s’y ruinant. Guerre économique menée dans une discrétion habillée de ruses et de mensonges.

Mais elle a depuis renforcé son arsenal militaire pour devenir le troisième potentiel mondial et le deuxième en sous marin nucléaires. Elle a développé des missiles sol/mer à grande portée qui rendent vulnérables les portes avions US. Elle a réussi la destruction d’un satellite, elle pirate tous les réseaux numériques sécurisés du monde et enfin elle a construit un profond tunnel de 5 500 kms pour y abriter sa force de deuxième frappe et ses autorités. (2) Cela lui permet de revendiquer sans vergogne comme Chinoise la mer de Chine et son sous sol, ou encore d’encercler l’Inde de huit ports militaires, au cas ou ! Elle prépare un oléoduc traversant l’Himalaya en tant que maillon sécurisant son réseau d’approvisionnement en pétrole et en gaz.

La guerre le l’opium de 1838, initiée par le Anglais, n’a pas fin de nous couter.

Les USA viennent, semble t’il, si l’on en croit la présentation la semaine dernière de leur redéploiement militaire dans le monde, qui allège leur implantation européenne et Africaine pour renforcer leur présence en Asie, d’en prendre la mesure et de réagir.

Comme si ils envisageaient de changer la règle du jeu et de choisir un autre type de combat pendant qu’ils possèdent, peut être encore, une supériorité militaire que leur confère la technologie !

Pendant ce temps, les lobbyistes chinois, à l’œuvre en Europe de l’est et partout, qui, associés à des moyens diplomatiques sans limite, permettent de transformer des pays, clients, fournisseurs ou partenaires en supports politiques. La chine s’attache ainsi à l’étranger des intellectuels, des medias ou des hommes politiques, une collaboration, ou pour le moins une passivité, isolant internationalement les Américains qui, par leur attitudes dans leurs guerres  inutiles ne font rien pour redorer leur blason, notamment au yeux des pays arabes et pétroliers.

USA qui ont eu en leur temps les mêmes comportements mercantiliques et hégémoniques, comme l’Angleterre ou la hollande.

La nature a horreur du vide et il y a toujours une puissance Hégémonique, c’est simplement que la roue tourne, il suffit de se mettre au mandarin et aux baguettes et de préparer nos enfants à faire gardien de zoo ou gentil organisateur pour club de vacances ou de seniors, à moins qu’ils ne préfèrent l’expatriation en Asie avec des salaires chinois !

Sauf, à ce que l’on choisisse un autre avenir et que l’on réagisse enfin !

Choisir, après avoir pris conscience et expliqué, c’est bien ce à quoi nous allons nous entrainer en mai !

Sinon, à quand la vente d’EDF et de ses centrales aux chinois, avant ou après Versailles ? Quant’ à GDF, partiellement privatisé, il menace régulièrement d’ouvrir son capital aux Chinois si le gouvernement lui refuse les augmentations des ses tarifs.

En attendant, dans la guerre monétaire en cours qui pourrait encore durer une dizaine d’années avant de voir l’avènement du Yuan, l’or, dont la chine et l’inde possèdent de grandes quantités, pourrait se substituer au dollar comme monnaie de réserve et notamment servir au règlement du pétrole, donc, se valoriser fortement, à bon entendeur !

Sources :

(1) Marianne du 7 janvier 2012.

(2) La visée Hégémonique de la Chine Antoine BRUNET, Jean Paul GUICHARD.

Thierry

Tenancier du café du commerce du Jour D’Avant.

www.lejourdavant.org

La lettre du café du commerce du Jour D’Avant est une lettre électronique publiée gratuitement à un rythme variant selon l’humeur du rédacteur et des événements. Elle ne peut en aucun cas être assimilée à des conseils d’achat ou de vente de valeurs mobilières restant sous la seule responsabilité du lecteur. Les opinions ou commentaires formulés, ne constituent en aucun cas des recommandations personnalisées en vue de réalisation de transactions, pas plus que des opinions politiques.

Venez rejoindre les Contournants Agiles 4.0

Abonnez vous à notre Newsletter

Je m'abonne à la Newsletter ZenList
Je m'abonne à la Newsletter ZenCrise